Mon premier achat de place de parking, servi sur un plateau d’argent ou presque (partie 1/2)

Essayer de tirer le maximum d’informations d’une annonce de place de parking

Après quelques heures de recherche sur le site seloger, je suis finalement tombé sur une annonce de place de parking qui à première vue, ne semblait pas vraiment intéressante. Il y avait très peu d’informations et aucune photo. Au départ, cela m’a presque fait fuir, mais j’ai tout de même été curieux et attiré par cette annonce.

Tout d’abord, le prix n’était pas très élevé : 15 000 €. Ensuite, il était écrit qu’il était situé entre le 5ème et le 13ème arrondissement de Paris. Enfin, niveau emplacement, qu’il se trouvait au deuxième sous-sol d’une copropriété.

Le prix m’a interpellé car pour l’endroit,  cela n’est pas cher du tout. Sachez que plus l’on descend dans les sous-sols et moins les prix sont élevés. C’est assez logique car le futur locataire mettra plus de temps pour garer sa voiture et pour remonter en surface. Le fait qu’il soit seulement au niveau -2 était donc pour moi un élément à ne pas négliger.

Je connaissais seulement le 13ème arrondissement. Le cinquième étant situé juste au-dessus, ceci signifiait que le parking était légèrement plus rapproché du centre de Paris. Que ce soit pour un parking ou un appartement, le centre ville est toujours plus attrayant.

arrondissements Paris

Dans mes recherches, il m’est arrivé de voir un parking à 120 000 € dans le 3ème arrondissement. Imaginez deux minutes l’aberration !!! Pour résumer, la qualité d’une annonce ne fait en rien la qualité d’un bien. Ne soyez pas effrayé et décortiquez bien les choses pour faire émerger les points positifs. Sachez qu’une annonce sans photos est consultée sept fois moins qu’une annonce avec. Dites-vous que cela a pour effet de diminuer potentiellement le nombre de concurrents par sept. De plus, dans mon cas, l’annonce n’était pas affichée en vitrine, ce qui a limité encore plus les acheteurs potentiels.

Avant l’achat d’une place de parking il faut se rendre sur le terrain pour apprendre

J’ai sauté sur mon téléphone pour prendre rendez-vous et voir ce parking. Bien évidemment, j’y allais aussi pour essayer de récolter plus d’éléments. Le rendez-vous était programmé deux jours après cet appel.

Le soir venu, j’ai quitté le travail pour me rendre sur place. Par précaution, je m’étais pris une heure et demie de battement sachant qu’il me fallait 45 minutes pour y aller. Arrivé au centre de Paris, la ligne de métro que je voulais prendre était en travaux. Le temps passait et j’ai décidé de prendre le bus. Il faisait 35 degrés. En plus de cela, il y avait un malade dans le bus qui criait et qui en voulait à la terre entière. J’étais à ce moment là en retard et il me restait 1/3 du parcours à effectuer. Pour couronner le tout, le bus était bloqué dans les bouchons. Je vous laisse imaginer la douleur ^^. Très énervé par cette situation, je suis sorti pour téléphoner au conseiller et lui dire que je ne serai pas à l’heure. Il m’a proposé de reporter le rendez-vous en fin de semaine, ce que j’ai accepté. Si je vous raconte tout ça, c’est pour vous montrer que s’engager dans ce genre d’aventure n’est pas « facile ». Il faut en être conscient.

Après ce périple, beaucoup de choses me traversaient l’esprit. Pour vous dire, je n’avais plus envie de me rendre à ce rendez-vous et je n’avais même plus la volonté d’investir. Je me disais que je n’y arriverai pas et que de toute manière ce parking était sûrement une mauvaise affaire. Bref, pas mal de pensées négatives. Cependant, étant persévérant je n’ai pas voulu abandonner. J’avais le pressentiment que ce parking était une bonne occasion et je suis finalement allé à ce rendez-vous.

Arrivé sur place, je suis tombé sur un stagiaire plutôt nonchalant. Nous sommes descendus au deuxième sous-sol. La copropriété semblait être sérieuse puisque les parties communes étaient en bon état. Tout était bien éclairé et environ 80 % des emplacements étaient occupés, ce qui était déjà un autre point positif. Arrivé au niveau de l’emplacement, la première chose qui m’a interpellé c’est qu’il était situé juste à côté d’un box. Ceci était une information assez stratégique. En effet, il était à mon avis tout à fait envisageable de transformer cette place en box, dans le but d’obtenir des loyers un peu plus importants.

Avant de terminer la visite (qui a duré 5 minutes), j’ai posé les questions suivantes :

Savez-vous pourquoi le propriétaire souhaite vendre ?

A combien s’élèvent les charges de copropriété à l’année ?

A combien s’élève la taxe foncière ?

Quels sont les montants des loyers dans le quartier ?

Pour chaque question, sa réponse était la suivante :

Je ne sais pas

Vous pouvez tout à fait tomber sur ce genre de personne. Autant vous dire que j’étais un peu déçu par ce rendez-vous. Je n’ai pas osé lui faire part de son non-professionnalisme, mais étant stagiaire je me suis finalement dit que tout le monde devait un moment ou à un autre passer par une phase d’apprentissage :-D.

Vous découvrirez dans la deuxième partie de cet article, ce qui m’a encore plus motivé à m’intéresser à cette place de parking.

achat place de parking, place de parking

4 réponses à Mon premier achat de place de parking, servi sur un plateau d’argent ou presque (partie 1/2)

  1. Didier-Fabrice 8 mars 2015 à 17:55 #

    Bonjour,

    Ce qui m’inquiète dans cette première partie d’histoire c’est pourquoi l’agence a-t-elle envoyé un stagiaire qui plus est sans lui donner les billes pour pouvoir répondre.
    Souvent les agences prennent des produits très peu chers de prime abord mais avec de tels défauts que le prix en encore trop élevé. En effet le prix va forcément (comme pour toi) pousser à téléphoner pour une visite. L’agent va alors trouver une excuse pour ne pas faire la visite mais dire qu’ils ont des biens similaires -similaire en langage agent immobilier signifie trois ou quatre fois plus cher 😉 –
    Mais pour ton cas a priori c’était l’été et peut être que le titulaire était simplement en congés d’où la présence d’un stagiaire. J’estime néanmoins que compte tenu des montants des frais d’agence c’est quand même un minimum de pouvoir fournir les informations de base que sont les charges de copro et la taxe foncière (+montant du loyer si bail en cours)
    Pour une de mes dernières visites l’agent ne savait même pas exactement quel était le lot à visiter ça fait pas très sérieux…

    • Nicolas 8 mars 2015 à 21:54 #

      A vrai dire, même la responsable de l’agence ne connaissait presque rien sur ce bien. J’ai du aller à la pêche aux informations et je n’ai pas eu tous les éléments dont j’avais besoin. J’ai eu certaines réponses seulement lors de la signature de l’acte définitif. En plus, de ça j’ai esquivé une grosse arnaque avec l’agence, dont je parlerai dans un prochain article.

      Après c’est comme partout il y en a qui font plus ou moins bien leur travail et qui sont plus ou moins honnête. Cette dernière qualité est un peu plus embêtante pour un acheteur…

  2. Jérôme 21 mars 2015 à 17:27 #

    Bonjour Nicolas,

    Je ne sais pas si tu connais ce business, la division de ton parking en deux pour le louer à des motos/scooters (regarde les annonces sur le bon coin).
    Ca ne coûte rien de mettre une annonce en ligne pour tester le terrain. Il faudra faire un petit peu de travaux: traçage ligne blanche au sol et poser deux « ancrages » au sol (faut demander l’autorisation à la copro.) Je connais pas le quartier mais pourquoi pas encaisser 2 loyers de 80€ = 160€ ! sympa.

    • Nicolas 21 mars 2015 à 18:06 #

      Bonjour Jérôme,

      J’y avais pensé, mais à vrai dire l’emplacement n’est pas très large pour y placer deux motos. Je loue donc cette place uniquement pour une voiture citadine. Merci tout de même pour ton idée :-).

Laisser un commentaire