3 semaines pour trouver mon premier bien immobilier !

Avant de commencer mes recherches, je savais très précisément ce que je recherchais. Le fait d’avoir une idée précise a vraiment accéléré ce processus. Il faut garder à l’esprit que plus la granularité de ses critères est importante et plus la perte de temps est atténuée.

Comme je l’ai déjà indiqué à la fin de l’article « 7 questions à se poser avant d’investir », j’ai souhaité commencer par un parking pour me faire la main et pour limiter mes risques. J’ai entamé mes recherches le 1 août 2014. Je me suis servi exclusivement d’un site internet : seloger.

Pourquoi faire vos recherches immobilières sur un seul site ?

Tout simplement car j’estime être plus concentré sur un seul support que sur plusieurs. Ce site s’avérait être de qualité. De plus, il faut savoir que beaucoup d’annonces sont présentes sur plusieurs sites en même temps. Si vous prenez l’exemple d’une annonce spécifique, disponible sur trois sites différents, vous risquez d’être intéressé trois fois par le même produit sans vous en rendre compte. Surtout qu’assez souvent, ceux qui publient ces annonces sont assez malins pour la présenter différemment en fonction du site sur lequel elle se trouve.

Très bien, mais est-ce qu’il n’y a pas un risque d’avoir moins d’offres ? Évidemment, c’est mathématique. Moins vous aurez de supports de recherche, moins vous aurez de choix. Attention cependant à prendre en compte la masse d’informations. Imaginez que vous avez perdu votre téléphone, que vous disposez d’un minimum de temps pour le localiser (sans internet) et qu’il se trouve forcément dans un de ces deux endroits : un petit carré de jardin ou un champ de plusieurs hectares. Par quel endroit allez-vous commencer ^^ ?

Dans l’immobilier c’est la même chose, c’est pour ça qu’il est important de définir sa zone de recherche avant même de chercher. Mais pour résumer, focalisez-vous avec acharnement sur un support et fixez-vous le temps que vous y consacrerez chaque jour. Il faut que ça soit très régulier au risque de voir une bonne affaire vous passer sous le nez. Il n’y a pas un jour où je ne me connectais pas sur le site. J’y restais en moyenne 40 minutes par jour.

Par contre, essayez de réaliser cette action et en parallèle de faire le tour des agences immobilières. Les biens « entrent » en agence, bien avant qu’ils soient publiés sur internet ou en vitrine. Avec un peu de chance, le conseiller vous répondra qu’un bien est rentré le matin même. Me concernant, je ne suis pas allé directement chercher les annonces dans les agences, car rester chez moi me paraissait moins contraignant.

Déplacez-vous et faites des visites, c’est très formateur !

Avant de trouver la perle rare, je suis allé visiter deux parkings, car c’était tout nouveau pour moi. Le premier était financièrement très intéressant, mais il s’agissait d’un accès par ascenseur qui était en piteux état. Je m’imaginais déjà les futurs locataires me téléphoner sans arrêt pour me faire part des incidents liés à cet ascenseur. Cette caractéristique n’était bien évidemment pas indiquée dans l’annonce. J’avais tout de même eu le culot de le signaler au conseiller. J’estime qu’il est important d’être honnête un minimum, surtout quand quelqu’un fait le déplacement.

Le deuxième emplacement était ridicule (5 m2). Je m’y étais rendu juste par curiosité, pour voir ce qui se faisait sur le marché et pour regarder s’il était possible de faire quelque chose avec, mais sans succès.

En amont de ces premières visites, je m’étais quand même pas mal renseigné avant d’entreprendre cette démarche. Cela m’a beaucoup aidé pour pouvoir parler la même langue qu’un agent immobilier.

Suite à ces deux visites, j’ai trouvé le parking dont je suis l’heureux propriétaire aujourd’hui. Avec un peu de recul, je sais que je suis tombé au moment le plus propice. Comme vous le savez, en plein mois d’août autant dire qu’il n’y avait pas foule, surtout dans les agences. J’ai donc su profiter de cette période de creux pour proposer une offre.

Sans vouloir être prétentieux je n’ai pas trouvé cette recherche très compliquée, au contraire. C’est allé extrêmement vite. En plus de cela, plutôt timide, j’ai été surpris de voir à quel point mes ambitions m’ont poussé à faire des choses que je n’aurais jamais osées faire, tel qu’aller questionner tout le voisinage pour en connaître un peu plus sur le quartier.

Pour finir avec cet article, je vous encourage vivement à vous lancer dans vos recherches et de ne pas avoir peur de téléphoner ou de vous rendre sur place pour visiter. C’est non négociable car c’est comme ça que vous apprendrez.

Et vous, combien de temps avez-vous mis pour trouver votre première affaire et avez-vous rencontré des difficultés particulières ?

agences immobilières, bien immobilier, bonne affaire, parking, recherches

Une réponse à 3 semaines pour trouver mon premier bien immobilier !

  1. Didier-Fabrice 8 mars 2015 à 16:54 #

    Bonjour,

    Seulement 3 visites pour trouver ton affaire c’est bien.
    Cela dit, faire des visites ce n’est pas mal c’est le métier qui rentre ! De nos jours le premier travail peut se faire sur internet sans soucis mais il est indispensable d’aller sur le terrain.
    Bien sûr ça peut varier en fonction de la taille du marché mais je trouve que se limiter à seloger.com comme Bruno Solo 😉 est un peu dommage. Pour ma part je commence par leboncoin qui présente l’avantage de proposer des offres de particulier et des offres d’agence puis je regarde sur seloger s’il n’y aurait pas autre chose. S’il existe une source plus locale cela peut être aussi une bonne opportunité. Par exemple j’utilise un site spécialisé sur les départements d’outre-mer et enfin les journaux d’annonces (chez moi c’est parfois intéressant en particulier pour des offres de terrain qui ne sont pas publiées sur internet). Comme les flics vous pouvez aussi faire appel aux indics par exemple les commerces de quartier où il y a parfois des offres affichées. En en parlant aussi vous tomberez aussi pour le frère du cousin d’un ami qui justement met en vente son appart. Pour ma part sur certaines résidences que je convoite spécifiquement je fais régulièrement de la prospection sur le terrain les voisins ont parfois des infos ou des bruits de couloir. Et comme le font les agents immobiliers vous pouvez-aussi laisser des annonces dans les boites à lettres (bien sûr il faut avoir un périmètre restreint faire cela dans un arrondissement entier de Paris risque d’être chronophage).

    Cela dit en effet, il ne faut pas trop multiplier les sources les mêmes annonces se retrouvent (2 ou 3 sources pour une veille régulière). Ne pas appeler dès la lecture de l’annonce (sauf si c’est l’affaire du siècle où il ne faut pas attendre) mais noter un résumé avec le numéro (et le nom s’il est indiqué). Cela évitera d’appeler pour le bien une fois parce que vu sur seloger et une fois sur leboncoin. En cas d’agence vous pourrez aussi prendre des infos en une fois sur les 3 ou 4 biens qui vous intéressent de son catalogue

    Bien sûr il faut s’adapter en fonction de ce qu’on cherche. Si on cherche un parking à quelques milliers d’euros il ne faut pas y passer des années. Passer un peu de temps pour une opération d’achat-travaux-revente qui rapportera plusieurs dizaines de milliers d’euros de plus-value peut en revanche être très rentable.
    De nombreuses visites sont aussi un investissement si on se destine à de multiples acquisitions. En connaissant le véritable prix des transactions (tant en achat qu’en location) vous devenez un expert sur votre territoire et quand vous verrez une annonce « idéal investisseur affaire à ne pas manquer location possible 700 € » alors que vous savez que vous aurez les pires difficulté à louer à plus de 300 € vous économiserez un peu de votre forfait téléphonique 😉

Laisser un commentaire